mercredi 29 octobre 2014

Projet 52 Doggy & Cie Semaine 7

Pour aujourd'hui une 7ème participation au Projet 52!!

Je vous propose pour cette semaine, vu que c'est Doggy et Cie, une photo de la 2ème bestiole d'amour de ma vie !!



Skybed de Chenou !! Mon Trottou d'amour !!

Côté BOULOT : A quoi ça sert un AED ??

Je n'ai pas encore parlé de mon travail dans Linoa's Diary. J'ai pris mon temps pour faire cet article car j'avais vraiment envie de partager mon amour pour ce travail.
Oui, je vais parler de travail, même si beaucoup pense qu'être surveillant, ce n'est qu'un boulot d'appoint.

AED, ça veut dire "assistant d'éducation", vous allez me dire, ah mais c'est un "pion" en fait !! Bien oui, c'est un peu ça. Mais les missions ont évolué et les AED peuvent faire des choses plus intéressantes que les surveillances d'étude, même si celles-ci en font toujours parties.

De formation assistante de direction, j'ai pourtant toujours trouvé des activités professionnelles avec des enfants, soit en centre de loisirs, en colonie de vacances ou même de l'aide aux devoirs, ou encore du baby-sitting. Je ne sais pas si ces choix sont liés au fait que je ne puisse pas avoir d'enfant, mais je me retrouve professionnellement dans ce type d'activités, alors autant lier l'utile à l'agréable !!

Alors rentrons dans le vif du sujet !!
Un AED c'est quoi !!!!??????

- C'est d'abord faire partie d'une équipe "La vie scolaire", oui, on est pas tout seul pour 470 gamins !! Nous, nous sommes quatre, trois filles et un garçon, ... le pauvre !!

- Comme le "pion" de base, nous surveillons les arrivées et les sorties des élèves, les études, la cour et le portail, l'arrivée du bus, l'entrée du self, le self, les couloirs, les wc .... Bref PARTOUT !!!

Ça, c'est la "base" !! Mais quand je parle d'équipe, ce n'est pas que nous quatre !! Nous avons une chef, la CPE, conseillère principale d'éducation. Nous travaillons aussi avec les professeurs, l'équipe de direction, l'infirmière, les agents, l'équipe de cuisine ... Tout le monde. 



Dans le mot "assistant d'éducation", il y a éducation, nous avons donc un rôle éducatif qui va passer par tout les thèmes de la vie. 

- Le respect des autres et des règles de vie en communauté : Et oui, nous sommes nombreux, en comptant enfants et adultes, il faut donc que les enfants apprennent à vivre ensemble, le partage, son existence au sein dans un groupe mais aussi son individualité, et tout cela hors de son cercle familial ... Ça fait beaucoup de choses !! 

- Le respect du règlement intérieur : Dans tout établissement scolaire, il y a un règlement intérieur à respecter. Ce sont toutes les règles qui apprennent aux enfants qu'il y a des "lois" et qu'ils devront les respecter au sein de l'établissement. Mais c'est également un apprentissage pour leur avenir, de leur citoyenneté et de leur responsabilité.

- Le respect du matériel et des lieux : Cela va passer par la propreté car les agents entretiennent les lieux et permettent une hygiène exemplaire pour que tout le monde puisse en profiter, ne pas détruire le matériel, car cela coûte cher et chacun est content de pouvoir utiliser un ordinateur, mais cela ne s'arrête pas là, aussi tout bêtement des tables, chaises, et le fameux porte-savon qui chez nous n'arrive pas à survivre !!! C'est également les gestes citoyens, éteindre les lumières en sortant d'une salle, fermer les fenêtres et les portes car on ne chauffe pas les courants d'air ... Vous avez compris le principe sinon je vais vous en mettre des pages !!!

- La politesse : Ah oui un "s'il te plait", un "merci", un "bonjour" .... Et oui, c'est pas intégré pour tout le monde, alors on reprend, on répète ... Encore et encore !!! ............ Et encore !!! Ah oui, on a aussi : Non, on frappe avant d'entrer, alors tu ressors et tu recommences !! 

- Le goût du travail : Nous avons forcément les élèves à un moment ou à un autre en étude. L'étude, elle est faite pour travailler. Cela aussi, c'est une de nos missions, les aider à travailler, leur donner des conseils d'organisation, les aider sur des exercices qu'ils n'ont pas compris et le reprendre avec eux. De l'aide au devoirs, tout simplement. Nous avons chacun nos matières préférées, moi c'est les maths et le français !!

- Le bien-être de chacun : Il est inconcevable pour moi qu'un enfant arrive au collège avec la peur au ventre quel qu'en soit le motif. C'est donc à nous (tous les adultes bien sûr) de veiller sur eux. Cela passe par la confiance que ceux-ci vont nous accorder au fil du temps, ce qui va nous permettre de les accompagner au mieux pendant ces quatre années. Ce sont les surveillants qui passent le plus de temps avec vos enfants. Ils rigolent avec nous, nous font aussi bien rire avec leurs phrases d'enfants (on pourrait en faire des livres !!), nous font partager leurs joies, leurs réussites, mais aussi leurs peines, leurs peurs, leurs émotions ... et leurs maladies aussi, oui la gastro c'est contagieux !! :)

Nous accompagnons les enfants pendant quatre ans de leur adolescence, et ce n'est pas rien. Ces apprentissages leur permettent d'appréhender leur vie d'adulte et leur vie professionnelle. Ils partent pour certains, en fin d'année de 3ème, la larme à l'oeil, en nous disant que nous allons leur manquer, qu'ils ont aimé ces moments d'échange. Il se crée des liens forts, nous les voyons grandir de la 6ème à la 3ème. Ils arrivent fragiles, souvent terrorisés, tout petits ........ et ils repartent fort de leurs expériences. 
Nous les voyons changer, devenir des jeunes filles et des jeunes hommes, nous les entendons mué (LOL), nous les voyons se découvrir, trouver leur voie professionnelle, nous discutons, beaucoup, sur beaucoup de choses.

J'aime à me dire que j'ai participé à cet édifice, que j'ai participé à un tout petit bout de leur évolution. Et la consécration, c'est entendre les parents nous remercier pour notre travail. Dans ces moments là, je sais pourquoi je suis là.

Quand on est AED, on utilise ce poste un peu comme on le souhaite. Nous avons des missions obligatoires bien sûr, d'autres vont plutôt se faire par passion, ou par envie. Pour ma part je me suis investie davantage de différentes manières. J'ai commencé par animer un petit atelier journal pendant 2 ans. Puis en parallèle, j'ai intégré l'équipe du Devoir de Mémoire dont je fais toujours partie. 


J'ai également décidé de faire partie du conseil d'administration, j'avais envie et besoin de voir comment fonctionnait un établissement. J'ai fait, jamais avec plaisir, des conseils de discipline, mais également fait partie de projets CESC (comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté) très intéressants. J'ai mis en place notamment une collecte de bouchons pendant trois ans au profit de l'association Handi'chien.

Pourtant ce "boulot" aussi intéressant est catalogué de travail d'appoint. Tout simplement car nous n'avons le droit de le faire que pendant six ans. En fait, au départ, ces postes étaient réservés aux étudiants. Donc pas besoin de CDI. C'est réellement dommage qu'il ne soit pas possible d'en faire son MÉTIER. Moi cela me conviendrai totalement. Je me sens investie, à ma place. J'aime ce que je fais tous les jours ... (peut être pas les surveillances du départ des bus quand il pleut des trombes d'eau !!! LOL).

J'ai 40 ans. J'ai donc de l'expérience professionnelle puisque je travaille depuis l'âge de 18 ans. C'est la première fois que je me lève le matin, et cela depuis quatre ans, en ayant ENVIE !! Et cela n'a pas de prix.

Voila j'avais envie de faire hommage à ce "boulot" génial dans lequel je m'éclate tous les jours !!!

jeudi 23 octobre 2014

Côté cheval : Les Ecuries du Ga !!

Je ne pouvais pas oublier de faire un article sur la nouvelle maison de Skybed depuis le 1er octobre 2013.
Toujours à la recherche d'un coach pour faire du dressage et pour surtout me rapprocher de la maison, nos petits pieds se sont arrêtés à Saint Germain de Salles, à moins de 10 km de chez moi chez Sylvie MONNOYEUR.

                                              

En un an, tant de choses se sont passées. Je suis arrivée là-bas encore très fébrile avec Skybed. Après être restée un an sans le monter, je suis, enfin, de nouveau en selle. Ah, ce n'est pas facile tous les jours, il y a des hauts et des bas, Skybed n'est pas toujours facile, mais qui m'aurait dit que je ferais mes quatre premiers concours de dressage cette année !!! Nous avons trouvé notre coach, des écuries où l'on se sent bien et en confiance. C'est important. Alors n'hésitez pas à nous rendre une petite visite !!

En février 2014, c'est la naissance du centre équestre du Ga !! Des poneys, des chevaux, des stages, des cours, des galops, des concours ... 

Et tout ça avec avec une équipe de choc !!





Présentation des lieux


Les deux écuries



Une nouvelle carrière de CSO en sable de Fontainebleau





La lisse de dressage sur la grande carrière




La carrière de dressage en pouzzolane




Le cross et le Derby Cross qui est au milieu des paddocks




L'étalon de la maison : Joker des Landes (1997)

  


Père: River des landes, connemara par Kilimandjaro RC, connemara.
Mère : Jewels nice, connemara par marble, connemara.


Les bébés du Ga


Bob Morane du Ga - 3 ans
Betty Boop du Ga - 3 ans 


N'hésitez pas à nous rendre visite !!!

mardi 21 octobre 2014

Projet 52 Doggy & Cie Semaine 6

Pour aujourd'hui une 6ème participation au Projet 52!!

Je vous propose pour cette semaine une de mes photos préférée prise par la maîtresse de la soeur d'Harlem.
Un moment de conplicité en pleine expo !!




dimanche 12 octobre 2014

Projet 52 Doggy & Cie Semaine 6

Pour aujourd'hui une 6ème participation au Projet 52!!

Je vous propose pour cette semaine une autre photo de Doggychon d'amour !!


Harlem à l'agility !!

samedi 11 octobre 2014

CÔTÉ LECTURE: le 5ème règne de Maxime Chattam

Un autre roman de Maxime Chattam !! Un vrai bonheur !!

Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus sur cet auteur, je vous invite à aller voir mon premier article sur lui, voici le lien :



Pour aujourd'hui, je vous propose "Le 5ème Règne"



Ecrit en 1995, cet ouvrage est le tout premier roman de Maxime Chattam, mais il ne le publiera qu'en 2003 sous le pseudonyme de Maxime Williams.

Dans une registre fantastique, cette histoire n'est pas sans rappeler "Ça" de Steven King, un groupe d'enfants, la traque d'un tueur en série mystérieux, un grimoire magique. 

Tous les ingrédients sont réunis pour vous faire passer un excellent moment de lecture, des passages à vous glacer le sang, Maxime Chattam est doué pour vous faire grincer des dents et vous faire suffoquer d'impatience !!!

Petit résumé du début pour vous donner envie :

Tommy Harper est retrouvé étranglé près de la voie ferrée. Il faut maintenant respecter le couvre-feu instauré par le shérif. Mais Sean et sa bande d'amis ont mieux à faire, surtout après la découverte de ce vieux grimoire dans la maison de son grand-père. 
Les éléments vont se déchaîner et la petite ville d'Edgecombe, en Nouvelle Angleterre, va être le théâtre de la rencontre du bien et du mal.


Une histoire qui m'a tenu en haleine. Je l'ai lu très rapidement car une fois dans l'histoire, on ne la lâche plus !! Très fluide à lire, les personnages sont très attachants, on va de disparitions, en meurtres, ......... Et un peu de magie, ça fait du bien à tout le monde !!!




lundi 6 octobre 2014

La cavalcade des blogs

Ayant fait une petite visite sur un blog que j'aime beaucoup soon-a-horse, sa proposition de faire un petit article sur l'équitation pour la cavalcade des blogs

cavalcade-des-blogs.
http://cheval-facile.com/cavalcade-des-blogs/
http://www.cavalierre.fr/

Le thème : L'équitation bien sûr !!! 
Je vous invite à aller lire les autres articles et d'autres belles histoire
 sur ces liens !!



Ça tombe bien, j'vais dire !! Il y a certainement beaucoup de choses à dire sur l'équitation. On peut prendre plein de chemins, pour ma part, je prendrai le chemin du cœur.

Le cheval m'a toujours troublé depuis toute gamine. Cet animal, si puissant, si beau que j'avais envie d'approcher, de connaitre, d'apprivoiser. Un rêve !! 

Une belle rencontre en 1996 de Djebel, un barbe arabe palomino, un magnifique entier dont malheureusement je n'ai aucune photo. J'accompagnais des balades dans le sud de la France et il était mon cheval de travail. Bien sûr, j'en montais d'autres mais lui, je l'aimais, j'en rêvais. Un jour, mon grand père qui était cavalier dans sa jeunesse m'a dit, "tu ne rencontreras  ton âme-sœur cheval qu'une seule fois dans ta vie." Et c'était lui. Une compréhension, une anticipation, une osmose, des regards, du plaisir .........................
Je l'ai monté pendant 2 ans, que du bonheur, des galops sur la plage, des balades l'hiver rien que nous deux pour aller vérifier les clôtures, des moments uniques.........................................................................................


Puis je pars pendant quelques jours chez mes parents et quand je reviens au ranch, Djebel a été vendu, mon patron refuse de me dire où il est parti et a gentiment attendu que je parte pour le "livrer".
J'ai été effondrée, le coeur brisé, j'ai démissionné et je suis rentrée en Auvergne. J'ai pleuré pendant des semaines, des mois. Et là, j'ai décidé que je ne remonterai à cheval que le jour où je pourrais entretenir mon propre cheval, que je ne revivrai jamais une tristesse pareille. 

Pendant dix ans, dix longues années ............ Et croyez moi, c'est très long, je ne pouvais pas regarder un cheval à la télé sans pleurer (merci avec la sortie de "l'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux", j'ai vécu un enfer !!), quand je croisais un cheval sur mon chemin, je détournais le regard. Chaque souvenir était tellement douloureux. Il me manquait tellement. Et de ne pas savoir s'il était heureux et bien était une épreuve supplémentaire.

En 2007, je fais une rencontre. Une cavalière qui montait dans un club pas loin et qui avait ses propres chevaux. Après plusieurs mois de relation amicale, elle m'a bien évidemment demandé si je voulais monter à cheval. Je lui ai sorti un NON et je suis limite partie en courant pour pleurer dans ma voiture. Puis dans l'après midi, sachant qu'elle était en cours au club, je me suis mis un coup de pied aux fesses et je l'ai rejoint. Cet environnement me serrait la gorge, mais j'ai tenu bon. La prof est venue me proposer de monter en cours le lendemain avec les débutants et là, contre toute attente, je lui dis OUI. Je repars chez moi comme un robot, mesurant ce que je venais de faire. Comment je vais faire, je n'ai plus de matériel, pas de pantalon de cheval, pas monter depuis 10 ans, c'est pas comme le vélo ??? Tant  de questions dans ma tête. 

Le lendemain matin, je file à Décathlon, sous l'oeil amusé de mon mari. Je me prends un pantalon et des chaussettes. En rentrant dans la voiture sur le parking, je fond en larme, j'ai l'impression que je vais le trahir, je ne sais pas quoi faire pour faire marche arrière, j'ai dit oui à la prof !!!

En arrivant au club, j'ai la boule au ventre, la gorge serrée. Ma copine m'accueille avec la prof qui me propose de monter Kalif. Et là tout se met en route. Je brosse, je fais connaissance d'un petit cheval sympa !!

Le pied à l'étrier, pincement au coeur, je ferme les yeux !! Allez hop à cheval.
Le cours se passe bien, pas, trot, je suis dans un cours débutant, rien de bien difficile. Je suis même troublée d'y prendre autant de plaisir. Ces sensations m'ont tellement manqué. La prof me demande si je me sens de galoper, je lui répond oui d'office. Et c'est parti.

Et c'est reparti. Je sais au fond de moi qu'il faut que je remonte, que je suis prête. Pas à oublier Djebel bien sûr, il restera dans mon coeur, dans mes souvenirs ... Mais il est temps.

La prof me demande si je veux revenir, je lui dis que non, je lui explique que je ne veux pas remonter tant que je n'ai pas mon propre cheval. Mes sentiments se bousculent, j'ai peur, non je ne veux pas que ça recommence. Le prochain cheval que j'aimerai, ce sera le mien.

Après quelques semaines de réflexions, mon mari m'annonce qu'il m'offre mon cheval pour notre mariage. J'en reste sans voix. C'est un cadeau fabuleux. 



Je me mets rapidement en recherche. Quelques semaines auparavant, j'avais trouvé une association qui sauve des trotteurs et des purs sangs de la boucherie quand ils sont réformés des courses. J'appelle la dame qui me dit qu'on peut se voir le week-end suivant. Parfait !!

Nous avons fait une dizaine d'endroits avec plusieurs trotteurs. Rien ne me tente. Je prends pleine tête la misère de ces bêtes qui sont sur le palier de l'abattoir. Tristes, maigres, abattus ou agressifs, abandonné dans un pré ... 

Nous arrivons près d'un élevage. La dame me montre un jeune trotteur alezan. Il fait peine à voir, il est maigre le pauvre. Nous essayons de l'attraper pendant bien une demi-heure, impossible, ce couillon ne se laisse pas approcher. Le propriétaire du haras arrive et la dame me laisse seule. Je m'assois par terre et je pose le pain devant moi. Il arrive petit pas par petit pas .... Me chipe un bout de pain et s'éloigne ... Le mâchouille en me regardant, revient prendre un bout de pain. Je n'ose pas bouger. Il est à porter de doigts. Je lève ma main tout doucement mais il part aussi vite qu'il peut. Mais il revient ... tout doucement, je n'ai toujours pas bouger, j'ai juste caché le pain derrière mon dos. Contre tout attente, il fait le tour et mange tranquillement son pain derrière moi. 

Il me fait sourire. Je lui parle. Et là, il vient me sentir le dos ... Je ne bouge pas. Il frotte son petit nez contre moi, un joli ladre tout rose. Je récupère discrètement le reste du pain, il s'approche. Je me lève tout doucement. Pendant qu'il mange le dernier morceau de pain, il se laisse faire et je peux lui mettre le licol. Il me sent ... Il se passe quelque chose entre nous ... Je sais que c'est LUI, je le sens !!! J'essaie de le caresser, il est tellement méfiant. Il a peur, refuse que je touche sa tête. Sur sa croupe, des croûtes, je suppose des traces de coups. La dame de l'association m'avait dit que l'ancien entraîneur n'était pas un homme sympa avec les chevaux.

Il s'appelle Skybed de Chenou. Il a deux ans. Il a fait six mois de centre d'entraînement de trot et il est réformé parce qu'il galope. Il est tellement jeune pour avoir été débourré. Je le mets au box pour le panser avant de l'essayer. Quand je m'approche avec ma brosse, il se jette au fond du box. Il me fait peine. Il est terrorisé, les yeux exorbité. Un jeune stagiaire vient me voir et me dit qu'il est gentil, il vient m'aider à mettre le filet, une horreur, on ne peut pas le toucher. Je m'en suis vue pour le préparer. Une fois sellé avec la bardette de joker, l'horreur, je l'essaie sur la piste de trot. J'ai bien cru que j'allais mourir sur cette bardette lol !!! 
Il passe facilement au galop, je suis rassurée. Mais côté traumatisme, il y a beaucoup de boulot. 

Je rentre chez moi en disant à mon mari que j'ai trouvé ma perle. Je lui explique les problématiques. Le prix 1100€. C'est raisonnable. C'est un bébé, je ne pourrais pas le monter pendant un an mais vu le boulot à faire en main et sur la confiance, ça va nous occuper un bon moment !! Il est d'accord, je rappelle donc l'association pour lui confirmer que je l'achète car la semaine d'après il devait partir en boucherie.

Je suis là, avec le camion, je l'attrape et il y monte sans problème, comme s'il avait compris que je l'emmenais loin de cet enfer. Et voila le résultat !!


2014

En six ans, beaucoup de doutes, de pleurs, de peurs, mais tant de bons moments ........ Après dix ans d'arrêt, mes 15 ans en selle camarguaise, me retrouver avec un jeune trotteur plein de sang et une selle anglaise, la vie n'a pas été toujours facile !!

J'ai souvent eu peur, j'ai douté beaucoup, manque d'assurance, beaucoup de gamelles aussi dont une où les pompiers sont venus me chercher, mais aujourd'hui finalement on avance ensemble, doucement mais sûrement !! 
Nous avons trouvé une maison où l'on se sent bien, où l'on progresse, où il a ses copains, où j'ai mes copines, des gens en qui j'ai confiance !! 
En dressage, on a fait 3 concours cette année, nos premiers concours tous les 2 !! Et le 4ème dimanche prochain. Ce bonheur, ça n'a pas de prix !!
Ce bonheur !!

Il a vécu des trucs horribles, qui sont loin derrière lui aujourd'hui, il ne méritait pas de partir à la boucherie comme tant d'autres d'ailleurs. Je ne regrette pas mon geste même si des fois, encore, je descends de cheval en râlant ou en pleurant. Il m'apprend la persévérance et il est capable de donner tant d'amour !! 


Mon Skybed de Chenou !! Ma nouvelle histoire d'amour !! 


 Voila ce qu'est pour moi l'équitation, amour, persévérance et respect !!
Merci de m'avoir lu jusqu'au bout !!


dimanche 5 octobre 2014

Projet 52 Doggy & Cie Semaine 5

Pour aujourd'hui une 5ème participation au Projet 52!!

Je vous propose pour cette semaine une autre photo de Doggychon d'amour !!



Moi j'adore l'eau !!

jeudi 2 octobre 2014

Côté Cheval : Verrues et sarcoïdes, remède miracle !!

J'ai eu Skybed quand il avait 2 ans, et cette fichue verrue était déjà là au dessus de son oeil gauche.
En 6 ans, je pensais avoir tout essayé :
Je m'étais appliquée à donner des traitement tous les jours. Je donnais des doses de Thuya 15 CH et je mettais de la pommade Thuya également. Je voyais que la verrue diminuait mais jamais suffisamment.
Pendant plusieurs années, j'ai continué l'homéopathie en alternant avec un magnétiseur. La verrue diminuait mais je partais jamais réellement.


Le vétérinaire m'ayant dit, l'année dernière, à mon grand désespoir, que ce n'était pas une verrue mais un sarcoïde, donc tumeur, j'ai décidé d'utiliser d'autres méthodes. De plus, le sarcoïde a pris beaucoup d'ampleur et m’inquiétait de plus en plus.

1er Mai

Lui me proposait une opération, mais au dessus de l'oeil, il y avait des risques. Et puis financièrement, je n'ai même pas osé demandé le tarif !!
J'ai commencé par un traitement homéopathique différent du premier. Toujours du Thuya 15 CH combiné avec Silicea 3 CH, la pommade au Thuya n'existant plus, je n'ai pas pu en trouver. Dommage, elle était pas mal.
Skybed ayant besoin de voir l'ostéopathe, il vient en avril dernier. Après s'être occupé de la Bête, il regarde de près le sarcoïde et une verrue que Sky a développé sur le poitrail. Il me propose d'utiliser un produit des laboratoires LOEN.



J'ai commencé le traitement le 1er mai. Voici l'évolution du sarcoïde en quelques mois. C'est un produit à base d'huiles essentielles, qu'il faut mettre sur le sarcoïde et les verrues avec un gant en latex tous les jours. 


1er Juillet

Au premier juillet, le sarcoïde a complètement disparu, reste juste l'emplacement sans poil.

Aujourd'hui, plus de sarcoïde, le poil a repoussé et ce vilain truc est derrière nous. Bien sûr, je veille, je regarde son œil à chaque fois que je vais aux écuries pour être sûr qu'il ne réapparaît pas.

1er Octobre

Je ne peux que conseiller ce produit, il est certes un peu cher puisque le tube de 150g vaut 71.40€. Il est plus intéressant de payer ce prix là pour un produit qui fonctionne vraiment et éviter à votre cheval une opération hors de prix et où il risquait de perdre son œil dans le cas de Skybed.


Alors n'hésitez pas !!!

Côté PMA : Vous allez devoir aller en FIV !!

"Vous allez devoir aller en FIV Messieurs Dames. Je ne peux plus rien pour vous. Contactez le Professeur Machin à l’hôpital de Tataouine les bains."

Voila la réponse que nous a offert notre gynécologue (incompétent je le rappelle), début 2006, après quasiment 2 ans de suivi. Donc après m'avoir opéré et charcuté, m'avoir collé en ménopause artificielle pendant 9 mois au lieu de 3 (il s'était planté de dosage sur l'ordonnance) m'avoir fait prendre 20 kg en un an avec sa fichue ménopause artificielle, il nous lance ça pleine figure, nous raccompagne à la porte et démerdez vous !!!



Nous rentrons de l'hôpital en voiture, il est tard. Je pense que nous essayons individuellement de digérer ce que nous venons d'entendre et de vivre. Ma préoccupation première n'est bizarrement pas le fait de ne pas pouvoir tomber enceinte naturellement. Je crois qu'au fond de moi, je le savais et l'avais compris depuis longtemps. 

Mais j'ai peur. Je sens Philippe très distant. A ce moment là, je me dis qu'il va me quitter, ce qui me parait tellement logique finalement. Je ne pourrais peut-être jamais lui donner d'enfant.

Le mot FIV bat dans mes oreilles, je n'entends même plus la radio. Que ce silence est pesant.

Mais c'est quoi une FIV en fait, il nous a dit que l'insémination ne servirai à rien. C'est quoi la différence entre FIV et insémination ?? Comment on va faire ?? Faut appeler qui ?? Faut qu'on en parle !!!

Mais aucun son n'ose sortir de ma bouche, mes cordes vocales sont comme paralysées et retiennent mes larmes. Il est là, à côté de moi, il conduit, silencieux, je le connais par cœur, nous sommes ensemble depuis plus de 6 ans. Il s'est refermé, telle une coquille d’huître. Je sens tellement cette carapace que je la vois presque se dégager autour de lui. Je sais que ce n'est pas le moment de parler.

Pourtant ma boule au ventre me donne envie de crier. J'ai besoin d'un mot, d'une phrase, juste un petit mot de réconfort, pour lui, pour moi.

Juste qu'il me dise : "ça va aller"
Juste que je lui dise : "ça va aller"

Mais ma gorge est nouée, j'ai tellement peur !!! Cette nouvelle nous laisse seul, chacun avec nos propres pensées, nos propres peurs. Nous arrivons à la maison, toujours en silence. Philippe part directement à la douche et se met devant la télévision. Je n'ose toujours pas parler. Si j'ouvre la bouche, je vais fondre en larme. 

Après le repas, j'ose un petit "est-ce-que ça va ? Il me répond oui sans même me regarder. Nous restons silencieux devant un épisode des Experts Las Vegas. Je décide d'aller me coucher. Je l'embrasse. Il me rend mon baiser. 

Une fois dans le noir, je fond en larme, silencieusement, pour qu'il ne m'entende pas. Je ne trouverai pas le sommeil. Je suppose que Philippe non plus mais nous avons fait comme si, côte à côte dans le lit, sans nous toucher, sans rien nous dire, chacun dans son coin.

Ce silence durera presque une semaine. J'ai craqué, j'ai fini par lui demander à quel moment il allait m'annoncer qu'il me quittait. Il n'a pas répondu de suite, il a réfléchi, de longues minutes, sûrement à comment il allait formuler sa réponse. Puis m'a dit qu'il y avait effectivement pensé mais qu'il ne le ferait pas ça m'a laissé sans voix, sans savoir quoi penser. Le doute s'installe forcément,  et s'il changeait d'avis !!

Cette semaine restera gravée en moi toute ma vie. Cette douleur, cette peur sont ancrées en moi comme un tatouage. Et pourtant, il est toujours là, et il est aujourd'hui mon mari depuis 2008. Mais la culpabilité me rongera toujours. Ces épreuves, il ne les avait pas demandé, je les lui ai imposées. Mais il est là. Nous n'avons toujours pas d'enfant, FIV, don d'ovocytes, adoption ... 

Un combat, car c'est cela dont il s'agit. Et nous faisons ce combat à deux. Il a réfléchit une semaine. Et alors ? Qu'est ce que c'est qu'une semaine pour une décision qui aura influé toute sa vie en ma compagnie. J'ai tellement de respect.


Je rendrais hommage à tous ces couples qui se perdent, en leur disant que ce n'est pas leur faute, ces épreuves sont violentes, inacceptables et mettent souvent les couples à trop rude épreuve.
Je profite aussi de cet article pour mettre en avant ces hommes et ces femmes, qui malgré la stérilité de leur conjoint ne baissent pas les bras et les accompagnent jusqu'au bonheur.

A mon mari, Je t'aime !!