jeudi 9 juin 2016

Quand votre psy tombe enceinte en pleine thérapie !!

J'avais envie de revenir sur une expérience qui m'avait beaucoup perturbée en 2010. Et oui, cela arrive !! Ma psychologue, après un an de suivi m'annonce qu'elle est enceinte alors que nous sommes en train de travailler sur mon expérience PMA.



Je travaillais sur la haine que je ressentais par rapport aux femmes enceintes et sur la peur qu'elles me suscitaient vu que j'avais déclenché des crises d'angoisse pendant certaines grossesse.
Et voila ti pas qu'au début d'une séance, elle m'annonce qu'elle est enceinte........
"- ça va être compliqué de continuer ensemble me dit-elle !!"

Non tu crois !!!! Bon et moi je fais quoi du coup !!! Et bien je panique !!!
Je remonte dans ma voiture après avoir écourté la séance, qu'heureusement elle ne m'a pas fait payé, je tremble, je suis mal ... mais mal !! 

En pleine panique, j'ai eu l'impression que tout le travail que j'avais fait avec elle s'écroulait. Je l'ai détesté tellement fort de me lâcher à ce moment là. 

Alors si cela vous arrive pas de panique - ok facile à dire -. Je suis restée bloquée là dessus beaucoup trop longtemps, je m'en rends compte avec le recul, je n'ai pas réussi à relativiser et à réfléchir. Je me suis laissée envahir par ma colère et mes émotions pendant des jours, des semaines.

Afficher l'image d'origine

J'ai mis longtemps à pouvoir réfléchir correctement, et à me dire que ce n'était pas la fin du monde, ni la seule psy au monde !! Et quand j'ai enfin eu le courage, j'ai contacté une autre psychologue, pour continuer le travail que j'avais commencé. Celle-ci a tout de même réussi à me mettre un minimum en confiance, et j'ai également compris que certaines choses étaient déjà acquise et je n'ai donc pas tout recommencé à zéro.

Il n'y a pas que votre psy dans le secteur !! Mais je l'avoue, ce n'est pas évident de changer quand on a une relation établie. Mais si je l'ai fait, vous pourrez le faire aussi. C'est possible. Cela demande un effort, c'est certain mais de toute façon, je n'avais pas le choix. A l'époque je n'étais pas assez bien pour arrêter de me faire aider.
Je n'envisageais pas non plus de continuer avec une femme enceinte sous le nez, un travail sur mes échecs de FIV alors qu'elle allait s'arrondir sous mon nez.
Je ne suis pas non plus retournée chez elle après son accouchement. Pas eu envie, cette expérience a cassé quelque chose, confiance, trahison, colère ... peut être un peu de tout ? Mais en même temps, c'était son droit de vivre sa vie.

Si cela vous arrive, je vous souhaite beaucoup de courage. Prenez le temps de poser vos émotions, qu'elles soient moins fortes. Il est plus facile de réfléchir sans être envahie de colère ou de détresse. Vous allez vous sentir abandonné, mais en même temps, on ne peut pas demander au reste du monde d'arrêter de vivre parce que la nôtre est mis en parenthèse ...

Courage !!!